Morse keys, electronic keyers, Accessoires

Il y a au moins deux bonnes raisons, en ces temps plutôt focalisés sur les modes d'exploitation numériques, de s'intéresser à nouveau ou en tant que débutant à la télégraphie en Morse. Vous faites partie des OM qui souhaitent rafraîchir leurs anciennes connaissances en Morse, obligatoirement requises pour l'examen de licence ? Ou bien ce n'est que bien des années plus tard, après l'obtention de la licence de radioamateur et la suppression de l'examen obligatoire en Morse, que vous avez pris goût à ce mode d'exploitation ? Dans ce cas, vous le faites en quelque sorte "volontairement", dans de bonnes conditions pour commencer à apprendre le Morse à partir de zéro. Un mode d'exploitation pour lequel l'opérateur est directement impliqué avec ses connaissances et ses compétences.

Articles 41-50 sur 53

Filtre

Articles 41-50 sur 53

Filtre

FAQ

Qu'est-ce qu'une touche Morse ?
Une touche Morse est un dispositif utilisé pour convertir le code Morse en signaux électriques et les transmettre. Il est principalement utilisé pour le fonctionnement des systèmes de radio et de communication.
Qu'est-ce qu'un keyer ?
Un keyer est un dispositif ou un logiciel utilisé pour générer et transmettre automatiquement le code Morse. Il peut être manuel ou commandé par ordinateur et facilite l'envoi de code Morse.
À quoi servent les touches Morse et les keyers ?
Les touches Morse et les keyers sont principalement utilisés pour le fonctionnement des systèmes de radio et de communication, en particulier dans le domaine de la radio amateur (Ham Radio). Ils sont utilisés pour envoyer et recevoir du code Morse, qui est ensuite utilisé pour transmettre des messages et des données.
MagLoops-WiMo-Head
Du 19e siècle à nos jours :

rétrospective historique de l'évolution et de l'importance de la télégraphie en Morse

Quelle était l'importance du Morse autrefois ?

La télégraphie câblée par câble terrestre et maritime au 19e siècle a été remplacée par le téléscripteur à l'étape suivante. Pour les premières applications de la technique radio au début du 20e siècle, la télégraphie en Morse représentait la solution technique la plus simple, un émetteur étant allumé et éteint au rythme des signaux en Morse. A la station de réception, un ruban de papier enregistrait les signaux Morse ou l'enregistrement se faisait par l'écoute de l'opérateur radio et la transcription directe en texte clair. Cette dernière méthode avait l'avantage de permettre d'entendre et d'évaluer des signaux très faibles. Même la radiotéléphonie, introduite plus tard, n'était pas en mesure de le faire, car à intensité de signal égale, l'intelligibilité de la parole tend à disparaître. Les nombreuses abréviations d'exploitation et les groupes dits "Q" permettaient de communiquer dans le cadre du déroulement de l'exploitation sans connaissance des langues étrangères.

Il est donc plausible que l'on ait d'abord reconnu l'utilité de ces inventions pour la navigation maritime. Au plus tard après le naufrage du Titanic en 1912, l'idée s'était imposée d'équiper chaque navire de mer d'une station de radiotélégraphie en plus des télécommunications publiques, principalement pour la communication en cas de détresse en mer.

Ces caractéristiques de la radiotélégraphie ont fait que ce mode d'exploitation s'est maintenu, certes avec une importance décroissante, dans la radiocommunication maritime jusque dans la seconde moitié du 20e siècle.

Quelle est l'importance du Morse aujourd'hui ?

Lorsqu'il s'agit de transmettre des messages de manière sûre, sans erreur et rapide, il existe aujourd'hui d'autres modes d'exploitation numériques. Grâce à eux, il est possible de corriger les erreurs et d'automatiser la transmission des messages. Sans ces techniques, la communication professionnelle d'aujourd'hui ne serait plus du tout possible, ne serait-ce qu'en termes de volume de données. Il n'est donc pas étonnant que la télégraphie en Morse ait perdu de son importance dans la "radio professionnelle".

La télégraphie en Morse chez les radioamateurs

Le Morse n'a survécu que dans la radio amateur, où il est entretenu par une communauté de fans fidèles. Le plus grand club de télégraphie européen, le Arbeitsgemeinschaft Telegrafie (AGCW-DL e.V.), compte environ 2300 membres. En collaboration avec le Club allemand des radioamateurs (DARC e. V.), il a été reconnu comme patrimoine culturel national et a déposé une demande auprès de l'UNESCO pour que la télégraphie en Morse soit reconnue comme patrimoine culturel mondial.

Les radioamateurs pratiquent le Morse notamment par tradition et parce que ce mode d'exploitation comporte un certain "aspect sportif", afin d'améliorer constamment leurs capacités d'écoute et de communication. Cela va du QSO CW mené de main de maître, aux compétitions à grande vitesse. De nombreux diplômes de radioamateur peuvent être obtenus exclusivement en CW, en plus d'autres modes d'exploitation, ou sont d'emblée décernés uniquement en tant que diplôme de télégraphie.

L'argument selon lequel un QSO en CW est encore possible là où la radiotéléphonie a échoué depuis longtemps ne doit pas nécessairement être invoqué. Il n'est plus valable à l'époque où les modes numériques permettent encore d'entendre et de voir les signaux en dessous du bruit. Mais cette comparaison n'est pas non plus appropriée - car dans le QSO en CW, le défi réside dans la performance et les capacités personnelles de l'opérateur, comparables à celles d'un musicien qui maîtrise son instrument.

Du manipulateur au décodeur CW : la diversité des manipulateurs (clés) Morse et leurs domaines d'application

Manipulateurs manuels

Le manipulateur, autrefois appelée pioche, est l'archétype de toutes les clés Morse. Aux débuts de la télégraphie terrestre filaire, il existait des manipulateurs qui étaient effectivement frappées. C'était peut-être la pratique au début, lorsque les vitesses de transmission étaient faibles. Plus tard avec les vitesses plus élevées de la radiotélégraphie, cette position de la main ne permettait plus de former les caractères Morse avec précision, car les rebonds de touches sont inévitables. L'index et le majeur doivent être placés sur le bord supérieur du bouton-poussoir, le pouce légèrement en dessous, sur le bord inférieur. Ainsi, le mouvement vertical de la course de palpage est guidé en toute sécurité. Le mouvement de palpation ne doit pas être effectué avec l'ensemble de l'avant-bras, mais seulement à partir du poignet. Pour cela, il est utile de penser que le contact tactile ne se trouve pas dans le bouton Morse, mais sous le poignet. En outre, il est préférable que l'avant-bras entier repose sur la table de la station jusqu'au coude et ne suive pas les mouvements. Il est ainsi possible d'obtenir des rythmes bien cadencés jusqu'à 100, 120 BpM sur de longues périodes. Avez-vous toujours l'ambition d'une clé manuelle ? Une fois que l'on a appris à se servir d'une clé manuelle, c'est un plaisir, les mouvements de la main correspondent 1:1 au rythme des signes du morse.

Clés semi-automatiques

Très tôt, des efforts ont été faits pour automatiser la génération de caractères Morse, avant même que la technique ne soit prête à résoudre cette tâche par voie électronique. Cela a conduit aux touches dites semi-automatiques de bug, dont le Vibroplex Standard est le représentant le plus éminent, et qui ont été construites de 1905 à nos jours pratiquement sans changement. Le mécanisme se compose d'une seule palette qui est actionnée par le pouce (points à droite) et l'index (traits à gauche). Les points sont générés automatiquement par un dispositif mécanique à balancier, les traits doivent toujours être formés individuellement avec l'index. Le mouvement horizontal de la main est moins fatigant et permet des vitesses de frappe plus élevées.

La désignation "touche bug" nécessite une explication : les opérateurs radio ayant une mauvaise manipulation étaient à l'époque appelés "bug" (angl. = punaise, scarabée). Pour pouvoir produire des signes à peu près lisibles, il fallait un long entraînement. Même si l'on avait l'habitude d'utiliser ces manipulateurs, l'"écriture" demandait une certaine habitude, car elle ne correspondait pas au rapport habituel points/tirets de 1:3, mais plutôt à un rapport de 1:2 avec la séquence de points raccourcie. C'est ainsi que le terme "bug" est également resté attaché à ces manipulateurs. Il existe néanmoins des OM qui utilisent traditionnellement des manipulateurs "bug" et qui sont immédiatement reconnaissables à leur écriture caractéristique.

Keyer - manipulateurs électroniques

Si émettre avec une touche manuelle ou une touche mécanique semi-automatique est trop sportif pour vous et que vous n'êtes absolument pas à l'aise avec cela, optez pour un keyer électronique (Elbug ou Wabbler). Le terme "keyer" est utilisé aussi bien pour la partie mécanique du codeur, que pour l'ensemble, composé de la mécanique et de l'électronique. Rien ne s'oppose à ce que de telles touches soient utilisées ! Leur utilisation doit également être apprise. La longueur des points et des traits est générée automatiquement, on contrôle en quelque sorte le nombre de points et de traits, leur succession et l'espacement des caractères. C'est un soulagement considérable si on le maîtrise bien. Il est ainsi possible d'atteindre des vitesses de manipulation très élevées, bien au-delà de 200 bpm. Les keyers avec un paddle à un bras sont devenus plutôt rares. La technique du squezze avec un paddle à deux bras s'est largement imposée. Associée à une mémoire de points et de traits, cette technique réduit nettement le nombre de mouvements manuels encore nécessaires.

Un encodeur avec deux palettes permet également, avec une électronique aménagée en conséquence, ce que l'on appelle le "squeeze keying". La capacité d'émettre une suite de caractères alternés en cas d'actionnement simultané des deux palettes est appelée "iambic" en anglais. En mode A, les points et les tirets sont automatiquement complétés, même si la palette correspondante est relâchée prématurément. En mode B, un dernier signe de caractère opposé (point ou trait) est toujours rajouté lorsque la palette correspondante est relâchée un peu trop tard. Le mode A s'est largement imposé. Il est très difficile de passer du mode A au mode B. C'est pourquoi un keyer polyvalent devrait en tout cas disposer d'une possibilité de choix entre les deux modes Iambic.

Lors du passage des touches mécaniques de bug aux claviers électroniques, on a conservé les côtés, les points à gauche et les traits à droite. Sinon, il aurait fallu s'adapter. Aujourd'hui, rien n'empêche d'inverser les choses. Certains OM trouvent qu'il est plus facile de manipuler les traits avec le pouce et les points avec l'index. Entre-temps, certains keyers électroniques possèdent au moins une possibilité de commutation interne.

Electronique du keyer dans l'appareil radio ou à l'extérieur ?

Si l'électronique du manipulateur est déjà intégrée dans l'émetteur-récepteur, il ne reste plus qu'à raccorder une clé. D'une part, cela est pratique et réduit l'"enchevêtrement de câbles" sur la table de la station, qui se produit rapidement avec un équipement externe. D'un autre côté, l'électronique interne peut rapidement s'avérer extrêmement peu pratique dans la pratique radio, si l'accès aux réglages, ici en particulier à la vitesse de transmission, n'est accessible que de manière compliquée via le menu de l'émetteur-récepteur. Si, au cours d'un QSO, la vitesse de transmission doit être adaptée parce que la station opposée a un QRM ou parce qu'un nouveau venu ne peut pas lire complètement le rythme trop élevé, il n'est pas possible de réagir rapidement. On aimerait tout simplement disposer d'un bouton rotatif séparé pour ce réglage. Malheureusement, il n'y a guère d'émetteur-récepteur qui dispose de cette fonction "détachée" du menu. Un manipulateur électronique externe avec une possibilité de réglage rapide (bouton rotatif ou au moins touches haut/bas) est plus adapté à la pratique radio et constitue une meilleure solution. Pour ce faire, la fonction Keyer interne du transceiver est désactivée et la sortie du manipulateur électronique externe est connectée à l'entrée de la clé manuelle.

Keyers de contest et décodeurs CW

Les clés de contest sont des accessoires utiles pour le trafic en contest. Le contenu des QSO de contest se limite de toute façon au strict nécessaire, de sorte qu'il est possible d'automatiser en grande partie les opérations radio grâce à de nombreuses fonctions de mémoire et à des fonctions spéciales, comme les numéros de QSO et de contest générés automatiquement.

À l'origine, le code Morse n'a pas été conçu et optimisé pour être lisible par une machine. Néanmoins, un décodeur CW permet d'aller encore plus loin. Il décode les caractères Morse et les affiche en texte clair sur un écran LCD ou un écran externe. De tels décodeurs sont disponibles en tant qu'appareils externes supplémentaires ou, avec CwGet par exemple, en tant que solution purement logicielle. Un encodeur CW permet d'entrer du texte sur un clavier et de le sortir en Morse.

Diversité dans le monde des clés Morse : aperçu de la sélection WiMo d'appareils et d'accessoires Morse.

Dans la catégorie WiMo "Clés Morse, claviers et accessoires", plus de 30 produits sont actuellement disponibles. La marque Vibroplex est présente avec de nombreuses versions de sa clé de bug semi-automatique et traditionnelle. La maison Vibroplex propose également des clés à deux palettes, des clés à une seule palette et des clés manuelles traditionnelles, dont certaines versions sont également proposées en kit. Pour ces dernières, certains modèles inspirés de la télégraphie terrestre d'autrefois utilisent le laiton pour le mécanisme et, au choix, le bois ou l'acier pour les plaques de fond. Sans oublier le légendaire Bencher, dont le mécanisme squeeze chromé est disponible en trois versions différentes, au choix sur une plaque de base noire ou chromée. Son pendant est un twin-paddle de construction similaire de MFJ, également tout en chrome ou sur plaque de base noire. Chez VGC, on mise sur un clé tactile à roulement à billes avec une touche manuelle entièrement chromée.

Quelle que soit la clé à palette simple ou double que vous utilisez, si votre émetteur-récepteur ne dispose pas d'une électronique intégrée ou si vous ne souhaitez pas l'utiliser, vous avez besoin d'une solution externe. Pour cela, vous trouverez des keyers CW à mémoire, ainsi que des keyers CW avec décodeur Morse intégré, dans les gammes de produits de MFJ et CG-Antenna.

Optimiser les émetteurs-récepteurs Icom :
WiMo propose un clavier spécial et de multiples solutions de connexion pour les clés Morse

WiMo propose un pavé numérique spécialement conçu pour les émetteurs-récepteurs Icom IC-705 et -7610, permettant de rappeler les mémoires internes.

Des câbles de connexion prêts à l'emploi sont disponibles pour le raccordement des clés Morse. L'offre va du simple câble de connexion (2 fils, blindé) aux câbles de connexion CAT spéciaux de microHAM. Pour apprendre le Morse, vous avez le choix entre plusieurs entraineurs de Morse électronique et tuteurs de Morse de MFJ.

Transceiver QRP avec décodeur CW et encodeur : vivre activement le Morse avec les solutions innovantes de PreppComm

Pour ceux qui ne souhaitent finalement pas apprendre le Morse, mais qui veulent tout de même décoder des signaux Morse et participer activement en télégraphie, un décodeur CW permet de suivre les QSO sous forme de texte défilant sur l'écran LCD. Un encodeur supplémentaire intégré permet de saisir des textes sur un clavier et de les envoyer en Morse. PreppComm va encore plus loin et propose deux émetteurs-récepteurs QRP dans lesquels sont intégrés respectivement un décodeur et un encodeur CW. La version 3 bandes embarque les bandes 80, 40 et 20 m, la version monobande la bande 40 m.

Des méthodes efficaces pour apprendre le Morse :
la méthode Koch, qui a fait ses preuves, et des mises en pratique dans les cours de Morse.

Parmi quelques concepts différents pour apprendre le Morse, la "méthode Koch", publiée dès 1936 par Ludwig Koch, a fait ses preuves. Elle se base sur l'entraînement à l'écoute de signaux en Morse de composition aussi différente que possible, donnés à une vitesse déjà plus élevée et avec un espacement plus grand entre les signaux. La méthode qui commence par les lettres "e t v kp" s'est également imposée en s'inspirant de cette méthode. Ce n'est que lorsque l'on maîtrise à peu près l'alphabet Morse grâce à l'enregistrement sonore qu'il est judicieux de commencer à émettre.

L'apprentissage du Morse est à la portée de tous, de préférence en présence d'une association locale du DARC ou du VFDB, avec l'aide d'un tuteur ou d'un formateur en Morse, ainsi que par radio ou au moyen d'un support de stockage à domicile. L'objectif "60 BpM" (lettres par minute), l'ancienne exigence de l'examen pour la classe de licence A, peut être atteint par tous. Cela permet déjà de s'aventurer sur les bandes et de participer au trafic radio télégraphique à un rythme modéré.

Perspectives d'avenir du Morse dans le radioamateurisme : pourquoi la télégraphie en Morse conserve-t-elle un groupe de fans fidèles malgré la numérisation ?

Au moins dans le domaine de la radio amateur, le Morse est toujours d'actualité, même à l'ère de la numérisation. Une solide communauté de fans de la télégraphie en Morse sera maintenue pour le moment.

Il y a véritablement radio tactile lorsque la génération et/ou la réception du code nécessitent un processus mental des opérateurs humains impliqués, processus qui concerne directement le code (citation tirée du manuel CW © 1982 DARC-Verlag, Baunatal).

C'est précisément ce qui fait la fascination qui motive encore l'un ou l'autre OM à saisir la clé Morse !